Núria Giménez-Comas et Marlon Schumacher

person

Sculpter l’espace : re/synthèse spatiale en 3D de structures sonores complexes
En collaboration avec l'équipe Espaces acoustiques et cognitifs de l’Ircam-STMS et le ZKM.

Le projet collaboratif de recherche explore et développe la notion de sculpture spatiale en 3D avec un travail sur la synthèse de textures. Les dimensions de couche et de densité, timbrales et spatiales, seront abordées comme des entourages synthétiques et immersifs. Grâce à l’utilisation des librairies OM-Chroma et OM-Prisma, la compositrice Núria Giménez-Comas modifie les connexions existantes et contrôle les réflexions et les effets de salle. Marlon Schumacher observe les mécanismes liés à la perception auditive spatiale et à l’analyse de scènes pour développer des systèmes « intelligents » dont la décorrélation/modulation des signaux vis-à-vis de leurs contenus fréquentiels.

Biographies

Núria Giménez-Comas étudie le piano puis la composition à Barcelone. Elle se forme auprès de Christophe Havel, qui la confronte d'emblée à l'électroacoustique pure et à l'importance du travail du timbre, que ce soit l'expansion timbrique et harmonique, la cohésion timbre/harmonie ou l'interaction de l'informatique et de l'instrumentiste, et de Maurio Sotelo, avec qui elle travaille l'architecture formelle. Elle poursuit ses études à la Haute École de musique de Genève avec Michael Jarrell, Luis Naón et Éric Daubresse. Dans le cadre de son mémoire de master, elle axe sa recherche sur certains aspects de la perception sonore et développe sa réflexion sur les concepts d'image sonore et de masquage. Attirée par le travail des images et le pluridisciplinaire, elle participe en 2012 à l'atelier In Vivo-Video de l'Académie ManiFeste puis suit le Cursus de composition et d’informatique musicale de l'Ircam (cursus 1 & 2). Elle y réalise des projets sur la synthèse par modèles physiques et un projet sur les scènes sonores avec le système de spatialisation en 3D Ambisonics. Lauréate de nombreux concours dont le prix Colegio de España (Paris) – INAEM 2012 et le premier prix du concours International Edison-Denisov, ces pièces ont été jouées par des interprètes de renom comme le Quatuor Diotima, le Brussels Philarmonic, l'Ensemble Contrechamps et le trio du Klangforum Wien.

Marlon Schumacher étudie la musicologie et la philosophie à l'université Eberhard-Karls de Tübingen. Il est diplômé de la HMDK de Stuttgart en théorie musicale, médias numériques et composition et docteur en technologie musicale de l’université McGill. Chercheur et conférencier en synthèse sonore spatiale, composition assistée par ordinateur et interfaces musicales, ses contributions dans ces domaines sont variées : publications, présentations, ateliers, plusieurs logiciels open source et projets art-science. Il est membre permanent du comité de la conférence MuSA. Il y donne son expertise dans l'attribution de bourses de recherche et est impliqué comme critique scientifique pour des conférences sur l'informatique musicale et les instruments numériques telles que NIME et l’ICMC. En 2017, Marlon Schumacher est nommé professeur de musique informatique à l'Institut für Musikwissenschaft und Musikinformatik ainsi que directeur du ComputerStudio à la Hochschule für Musik de Karlsruhe.

Liens