Recherche
Colloque

Michel Imberty : la psychologie de la musique au-delà des sciences cognitives

mar 10 avril through mer 11 avril,
10h00- 18h00
Ircam
salle Stravinsky

Entrée libre

Si les travaux de Michel Imberty dans le domaine de la psychologie cognitive de la musique sont connus (Entendre la musique, 1979, Les écritures du temps, 1981), ils ne s’inscrivent dans les courants comportementalistes et structuralistes de l’époque que d’une manière particulière et partielle. Dans ces ouvrages comme dans les nombreux articles qui suivront, progressivement se dégagent deux thèmes interdisciplinaires et surtout une position épistémologique plus proche de celle de l’anthropologie ou de l’ethnomusicologie, position qu’on pourrait qualifier de phénoménologique. Ces deux thèmes sont d’une part la temporalité et /ou le temps musical – le plus ancien dans sa réflexion - , la nature et l’origine de la musicalité humaine d’autre part, concept central développé parallèlement dans l’ouvrage de 2005, La musique creuse le temps. Or c’est aussi dans cet ouvrage que la position phénoménologique du chercheur est affirmée, car la réflexion sur le temps musical pose non seulement des problèmes de cognition au sens classique, mais des problèmes de sens et de signification qui étaient déjà la matière des deux premiers ouvrages. Le sens pose la question de l’intentionnalité, et on ne peut travailler sur la musique – comme sur toute œuvre humaine – sans s’interroger à la fois sur les conduites (du compositeur, de l’exécutant-interprète, de l’auditeur), et sur le sens que ces conduites ont pour ceux qui en sont les actants intentionnels. Plus encore, on ne peut le faire sans s’interroger sur le sens que tout cela prend pour le chercheur lui-même, le sens qu’il donne à sa recherche par rapport à ce que les  sujets qu’il interroge en perçoivent eux-mêmes.

En interrogeant la musique à travers un large champ de recherche, qui va des théories psychanalytiques au bouclage du temps dans un parcours « proto-narratif » tel que la biologie contemporaine en relève les traces dans le fonctionnement cérébral, Michel Imberty a ouvert un espace considérable à l'interprétation des faits musicaux, et ses écrits interrogent aussi bien le musicologue et l'analyste de la musique que le psychologue ou le philosophe qui s'intéresse à la manière dont l'être humain donne sens à la temporalité. Ce colloque, intitulé « Michel Imberty, la psychologie de la musique au delà des sciences cognitives » se propose d’accueillir  les contributions de chercheurs qui ont été à un moment ou à un autre de leur parcours, marqués par cette pensée qui fait entendre le fait musical sous un angle radicalement renouvelé.

Les propositions de communications puis d’articles (en français, ou en anglais) devront être envoyées avant le 18 novembre 2017, à colloqueimberty2018@free.fr
Elles comprendront : a) un abstract (6000 caractères) ; b) une courte bio-bibliographie.

Si leur proposition est acceptée, les auteurs s’engagent à envoyer l’article complet avant le 30 juin 2018.

Organisation : 

Mondher Ayari, Jean-Marc Chouvel

Comité scientifique : 

Mondher Ayari, Mario Baroni, Jean-Marc Chouvel, Jérôme Cler, Rossana Dalmonte, François Delalande, Irène Deliège, Nicolas Donin, Maya Gratier, Xavier Hascher, Jean-Luc Leroy, François Madurell, Steve McAdams, Jean-Pierre Mialaret, Laetitia Petit

Colloque organisé avec le soutien de : Institut de Recherche en Musicologie (IReMus - Paris-Sorbonne - CNRS) Équipe Perception et Design Sonore (IRCAM - CNRS - UPMC) Groupe de Recherche Expérimental sur l’acte musical (Labex GREAM - Université de Strasbourg) Centre de Recherche en Psychologie et Musicologie Systématique (Psychomuse - Université de Nanterre)