Jean-Louis Giavitto

person

Directeur de recherche au CNRS, mon travail se focalise sur le développement de nouveaux mécanismes de programmation permettant de représenter et gérer des relations temporelles et spatiales. J’ai appliqué ces travaux à la modélisation et la simulation de systèmes biologiques, en particulier dans le domaine de la morphogenèse, à l’université d’Évry du Genopole où j’ai cofondé le laboratoire IBISC (Informatique, Biologie Intégrative et Systèmes Complexes).

Depuis mon arrivée à l'Ircam (janvier 2011), mon activité s'inscrit dans la représentation et la manipulation d’objets musicaux, tant au niveau de l’analyse musicale et de la composition que de la performance sur scène. En particulier, je m’intéresse à la spécification d’interactions temps réel impliquant des relations temporelles fines lors des performances, dans le contexte du système Antescofo utilisé pour la réalisation des pièces de musiques mixtes à l’Ircam et ailleurs dans le monde. Cette technologie profite aujourd’hui à tous, grâce à la création d’une start-up. J’ai participé avec Arshia Cont à la création de l’équipe-projet Inria MuTAnt au sein de l’équipe Représentations musicales et je suis aussi directeur-adjoint du laboratoire.

Courriel : Jean-Louis.Giavitto (at) ircam.fr

Liens

  • Mathemusical conversation, Mathematics and Computation in Music Performance and Composition chapter: A Topological Approach of Musical Relationship edited by J. B. Smith, E. Chew and G. Assayag  World Scientific, 2016
    Mathemusical conversation, Mathematics and Computation in Music Performance and Composition chapter: A Topological Approach of Musical Relationship edited by J. B. Smith, E. Chew and G. Assayag World Scientific, 2016
  • Produire le temps chapter: Du temps écrit au temps produit en informatique musicale edited by H. Vinet  Hermann, avril 2014
    Produire le temps chapter: Du temps écrit au temps produit en informatique musicale edited by H. Vinet Hermann, avril 2014

Extrait de "Tesla ou l'effet d'étrangeté"

Extrait de « Tesla ou l'effet d'étrangeté", pour alto et électronique en temps-réel, composé par Julia Blondeau qui poursuit une thèse en composition musicale. Ses travaux repose sur l’utilisation du système Antescofo pour contrôler l’électronique en temps réels en accord avec les musiciens humains. Sur l’écran de l’ordinateur on peut apercevoir les mouvements de spatialisation et une partie des données envoyées aux processus de synthèses en synchronisation avec le musicien.