Recherche
Soutenance de thèse

Soutenance de thèse de Marguerite Jossic

mer 8 novembre,
10h00
Université Pierre et Marie CURIE

Entrée libre

Amphithéâtre Astier
(Bâtiment Esclangon)

Marguerite Jossic soutiendra sa thèse de doctorat réalisée au sein de l’équipe Acoustique Instrumentale / SE3AM (STMS - CNRS/IRCAM/UPMC) en co-tutelle avec l’Institut Jean Le Rond d’Alembert, intitulée :
"Contrôle actif et non-linéarités géométriques: le cas du gong xiaoluo"

Soutenance de thèse à l'Université Pierre et Marie CURIE
Mercredi 8 novembre 2017, 10h
UPMC - Amphithéâtre Astier (Bâtiment Esclangon), entrée libre

Présentation de la thèse à l'Ircam
Lundi 13 novembre 2017, 12h

Ircam - Salle Stravinsky, entrée libre

Résumé

Le contrôle des instruments de musique constitue l’un des principaux domaines de recherche de la création musicale s’étant développée au cours des dernières décennies. A l’interface de l’automatique, de la mécanique et de l’acoustique musicale, ce champ d’étude s’emploie à dé- velopper des méthodes permettant de contrôler, en temps réel, le son acoustique d’instruments de musique.
Les contrôleurs utilisés dans ce domaine s’appuient sur des modèles linéaires et ne prenant pas en compte les non-linéarités présentes en situation de jeu dans le comportement de certains instruments. Les gongs d’opéra chinois présentent ainsi plusieurs phénomènes induits par des non-linéarités géométriques, dont un très caractéristique glissement fréquentiel qui im- pacte plusieurs de leurs modes de vibration. Le présent travail propose, à travers le cas du gong d’opéra chinois xiaoluo, d’initier la mise en place d’un contrôle de ces instruments en répondant à deux objectifs intermédiaires : (i) quantifier les performances et limites d’une technique de contrôle linéaire, le contrôle actif modal, sur les comportements non linéaires de l’instrument et (ii) développer un modèle d’ordre réduit du mode fondamental afin d’établir une stratégie de contrôle visant à modifiant la dynamique de celui-ci.

La réponse à ces objectifs est obtenue au moyen des trois étapes. Dans un premier temps, les performances et limites du contrôle modal moderne vis-à-vis des phénomènes non linéaires présents dans le comportement de l’instrument (distorsion harmonique, glissement fréquentiel, résonances internes) sont étudiées et quantifiées.
Les limitations mises en évidence précédemment motivent, dans un second temps, le déve- loppement d’un modèle d’ordre réduit décrivant le mode fondamental de l’instrument. Cette modélisation est réalisée par le formalisme des modes non linéaires ; le mode non linéaire associé au mode fondamental est esnuite caractérisé et identifié expérimentalement par une méthode récente basée sur une boucle à verrouillage de phase.
Enfin, les limites de l’approximation uni-modale pour la description du mode fondamental de l’instrument en situation de jeu sont étudiées. L’interaction entre les résonances internes et le phénomène de glissement fréquentiel est démontrée en régime libre, ouvrant la voie vers le développement d’un modèle réduit pour décrire le comportement du mode fondamental du gong.

Jury

Isabelle Bruant, Maitre de conférences, rapporteuse LEME / Université Paris Nanterre
Charles Pezerat, Professeur, rapporteur LAUM, Université du Mans
Cyril Touze, Professeur, examinateur ENSTA, Université Paris Saclay
Christophe Vergez, Directeur de recherche, examinateur  LMA, Marseille
Sébastien Neukirch, Directeur de recherche, examinateur Institut Jean Le Rond d’Alembert / UPMC
Christophe Josserand, Directeur de Recherche, directeur de thèse Institut Jean Le Rond d’Alembert / UPMC
Adrien Mamou-Mani, Chercheur, co-encadrant Ircam, UPMC
Baptiste Chomette, Maitre de conférences, co-encadrant – Institut Jean Le Rond d’Alembert / UPMC
David Roze, Chercheur, co-encadrant  Ircam, UPMC