Alireza Fahrang

person

Traces de l’expressivité : partition de flux de données gestuelles pour les œuvres interdisciplinaires
En collaboration avec les équipes Représentations musicales et Interaction Son Musique Mouvement de l’Ircam-STMS.

Dans les œuvres multidisciplinaires basées sur la musique, l’importance de la communication entre les artistes de disciplines différentes a conduit le compositeur à concevoir une partition universelle de haut niveau. Ce nouveau paradigme doit nous permettre de formaliser une technique et une technologie afin de transmettre les intentions et les propos du compositeur aux chorégraphes, scénographes et tout autre artiste impliqué dans la mise en scène dramaturgique, visuelle ou sonore de l’œuvre. Cette partition hybride consiste en une partition graphique et une partition de flux de données gestuelles. Cette dernière, l’objet de la résidence en recherche musicale et artistique de l’Ircam, vise à fournir sous forme de données informatiques, le rendu des gestes sonores électroniques et instrumentaux. Les gestes physiques des protagonistes sont eux aussi traduits et formalisés informatiquement via la partition de flux de données. La luminosité spectrale, l’harmoniciste, l’intensité, la densité, la qualité des mouvements, etc., constituent les paramètres significatifs de cette partition qui seront utilisés, entre autres, dans la scénographie, l’éclairage, la vidéo et l’installation. Dans un premier temps, l’étude portera sur la problématique de la sémiologie dans le cadre des recherches théoriques, les travaux pratiques et des logiciels existants. Dans un deuxième temps, le travail sera focalisé sur la formalisation d’une technique et le développement d’une technologie qui permettent de faire la première tentative de réaliser une interface de la partition hybride de haut niveau. 

Biographie

Alireza Farhang prend ses premières leçons de musique aux côtés de son père. Il étudie ensuite le piano auprès d'Emmanuel Melikaslanian et de Raphaël Minaskanian et la composition à l’université de Téhéran avec Alireza Machayeki. À la suite de ses études, il enseigne à l’université de Téhéran et fonde sa propre école de musique. En 2002, il choisit d’approfondir ses connaissances auprès de Michel Merlet à l'École normale de musique de Paris. Bénéficiant de la bourse Albert Roussel, il obtient ses diplômes supérieurs en composition et en orchestration. Il suit également les cours de composition d'Ivan Fedele au conservatoire de Strasbourg, et a l’occasion de travailler avec Toshio Hosokawa, Michael Jarrell, Hans Peter Kyburz, Brice Pauset, Yan Maresz, Tristan Murail, Olga Neuwirth, Kaija Saariaho et Gérard Pesson. Il participe au cursus de composition et d'informatique musicale de l’Ircam dans le cadre du programme européen ECMCT en partenariat avec la Technische Universität, l'Universität der Künst et la Hochshule für Musik Hanns Eisler à Berlin. Bénéficiant de la double formation en musique occidentale et musique persane le menant à conjuguer ces deux univers musicaux, la question du métissage culturel et la problématique d'incompatibilité entre les valeurs traditionnelles et modernes font l'objet de ses recherches compositionnelles. Fondateur du concours de composition Musica Ficta, il est un des membres fondateurs de l'Association des compositeurs iraniens de la musique contemporaine, ACIMC. Sa musique est jouée par des ensembles de renom dans de nombreux pays.

Liens