Saison 14.15

Saison 14.15

Solaris, J'accuse, Mimi, Requiem pour un jeune poète : la nouvelle saison de l'Ircam est marquée par la force de la fiction qui « oblige » le temps musical à se déployer sur une échelle vaste.Saison 14.15

Fictions

La nuit, lorsque nous rêvons, nous sommes l'acteur, l'auteur, le spectateur et le théâtre.
Nous sommes tout.
Borges

Solaris, J'accuse, Mimi, Requiem pour un jeune poète : la saison de l'Ircam est marquée par la diversité des fictions qui « obligent » le temps musical à se déployer sur une échelle plus vaste que celle du concert contemporain. La fiction, ce pouvoir de « monnayer un temps » dans un autre temps pratique l'ellipse et l'anticipation, la démultiplication des points de vue et la chronologie brisée.

Comment s'accomplit-elle musicalement, face au récit de science-fiction - Solaris de Stanislas Lem devenu opéra de Dai Fujikura et Saboru Teshigawara -, face aux dimensions épiques du J'accuse d'Abel Gance, ou aux paroles les plus véhémentes du XXe siècle dans le Requiem de Bernd Aloïs Zimmermann ?

« La musique est impuissante à exprimer quoi que ce soit. » Par sa formule péremptoire et célèbre, Stravinsky a ruiné toute prétention de la musique à la fiction comme à l'argument mais il a conforté simultanément son autonomie, son pouvoir de ne rien « vouloir dire » quand bien même elle serait saturée d'expression. La musique qui ne « signifie rien » provoque sans cesse des analogies visuelles et formelles pour ce qui s'inscrit essentiellement dans le temps. En regard des fictions des autres disciplines, de leurs images fugitives et transitoires, il demeure une question centrale et pour le coup proprement musicale : quelle intrigue temporelle capable de se faire entendre urbi et orbi.

L'Étincelle suivra le cours de ces intrigues sur toutes les scènes qu'investit l'Ircam dans un mouvement inédit de dissémination. Au moment où son Espace de projection doit fermer ses portes pour deux années de travaux, l'Ircam est présent sur les scènes nationales de Grenoble et d'Orléans, à Amiens, Briançon, Lyon, Nice, Reims, Rennes, Strasbourg, Valenciennes, sur de multiples scènes parisiennes, au Théâtre des Champs-Élysées comme dans la nouvelle Philharmonie. Produire et créer « hors les murs », c'est faire le pari que les murs des pratiques et des cultures séparées gagnent à voler en éclat. Au cœur de cette saison itinérante, l'Ircam salue les 90 ans de son fondateur Pierre Boulez, dont l'œuvre a pulvérisé le temps conventionnel et l'espace formaté du concert. De Zimmermann à Boulez, à la suite de ces artistes considérables qui ont engagé une nouvelle durée musicale plus encore que de nouveaux matériaux, c'est certainement par l'invention des formes que la recherche musicale, changeante en tout, fidèle en cela à l'idée d'origine, trouve sa nécessité et sa vitalité aujourd'hui.

Frank Madlener

L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
Mois précédentJour précédentJour suivantMois suivant

Portail de la musique contemporainePortail de la musique contemporainefermer

Veuillez installer Flash pour afficher ce lecteur.